Menu principal

Sea Orbiter, le nouveau vaisseau d'exploration sous-marine AQUIWEBS soutient la construction du Sea Orbiter
nouveau vaisseau d'exploration sous-marine

Partenaire Ciel



Réalisé par AQUIWEBS
Design SiteGround web hosting Joomla Templates

SolarBox

Article publié le 23/01/15 par EDF Pulse

LA CABINE TÉLÉPHONIQUE LONDONIENNE PASSE DU ROUGE AU VERT

SolarBox
Fini le combiné pour ces fameuses cabines téléphoniques londoniennes, place aux chargeurs USB pour recharger les smartphones et les tablettes. Relooké en vert et équipé d’un panneau solaire, ce mobilier urbain trouve une seconde jeunesse en réconciliant vie moderne trépidante et économies d’énergie.

L’image est incontournable pour les touristes de passage : comme les bus à impériale et les fameux Black Cabs, les cabines téléphoniques rouge pétant font partie du décor londonien. Pittoresques, mais désormais reléguées au rang de patrimoine historique avec l’avènement des téléphones portables. « Pendant la deuxième année d’université, je passais tous les jours devant une de ces cabines, se souvient Harold Craston, diplômé de la prestigieuse London School of Economics. Comme il y en a 8 000 dans la capitale qui servent surtout de toilettes après une soirée arrosée, je me suis dit qu’on devrait pouvoir utiliser cet espace public de manière positive. »

Positive, donc verte. Un coup de peinture, pour mieux coller aux aspirations écolos de la ville, un panneau photovoltaïque de 150 watts sur le toit, et le tour est joué. La toute première Solarbox a été inaugurée début octobre à Tottenham Court Road, un des carrefours les plus fréquentés du centre de la capitale britannique. À l’intérieur, pas de combiné, mais quatre prises USB permettant de recharger différents modèles de smartphones et de tablettes. « La baisse du coût des panneaux solaires a rendu possible ce projet », assure le jeune entrepreneur.

ILS ESTIMENT QUE LEUR SOLARBOX PEUT CHARGER JUSQU’À 100 TÉLÉPHONES PAR JOUR

Vidéos de présentation :

Si la recharge est gratuite, le modèle économique repose inévitablement sur la publicité : ainsi, pendant sa pause, l’utilisateur devra visionner des spots pour le service de transport Uber ou l’application de rencontres amoureuses Tinder. Car le développement de la première Solarbox a tout de même coûté la bagatelle de 12 700 euros. Il a été rendu possible par une bourse de 8 000 euros accordée en récompense de la deuxième place obtenue par le projet au Low Carbon Prize, le concours organisé par la municipalité pour réduire son empreinte carbone.

ADOPTER UNE CABINE TÉLÉPHONIQUE

La Solarbox a également obtenu la bénédiction de British Telecom (BT), l’opérateur historique, trop heureux de se débarrasser de cabines dessinées en 1936, à l’occasion du jubilé du couronnement de George V. En effet, les quelque 60 000 cabines de BT encore installées en 2013 sur le territoire britannique (toutes ne sont pas rouges) ne servaient déjà plus qu’une fois par jour en moyenne. Du coup, l’opérateur les propose aujourd’hui à la vente ou à « l’adoption » : plus de 1 800 d’entre elles ont déjà été converties en épiceries, galeries d’exposition, espaces wi-fi, abris contenant un défibrillateur, librairies, et même mini-pubs.

Solarbox a le mérite de réconcilier vie moderne trépidante et ultra-connectée et économies d’énergie. Si l’expérience pionnière est un succès, une dizaine de nouvelles cabines vertes devraient fleurir en 2015.

 
G+